Médias

L’Association des Amputés de guerre s’est engagée à améliorer la qualité de vie des Canadiens amputés.

Un contrat de services de prothétique qui ignore le point de vue des personnes amputées de la C.-B.

Brian N. Forbes, président du comité de direction de l’Association des Amputés de guerre, et Annelise Petlock, gestionnaire du Programme Équité pour les personnes amputées de l’Association des Amputés de guerre

Le 5 mai 2017 – Au cours de la dernière année, on a offert à l’Association des Amputés de guerre une occasion unique, soit passer en revue l’ébauche d’un nouveau contrat de services de prothétique qui serait conclu entre la Prosthetic and Orthotics Association of British Columbia (POABC) et WorkSafeBC. Cet exercice a très bien illustré que l’on ne peut ignorer le point de vue des travailleurs blessés, dans ce cas-ci des travailleurs amputés, et qu’il faut en tenir compte lorsque des organismes bureaucratiques prennent des décisions essentielles ayant une incidence sur le mieux-être de ces personnes.

Le contrat en question énonce les principes et les règles que les prothésistes de la C. B. (les professionnels de la santé chargés de l’appareillage des personnes amputées) doivent suivre lorsqu’ils traitent des travailleurs blessés qui ont perdu un ou des membres dans un accident de travail. Au premier coup d’œil, il était évident que, si la version originale du contrat prévu était laissée telle quelle, les travailleurs amputés auraient à composer avec les conséquences négatives d’un document qui était apparemment conçu pour les aider, mais qui ne permettrait logiquement pas de répondre aux besoins de ces personnes gravement handicapées. Il était aussi très inquiétant de supposer que ce contrat historique conclu entre ces deux organismes pourrait être considéré comme un précédent par d’autres provinces et organisations, et ce, malgré les lacunes qu’il présentait.

Jugeant qu’il était important d’établir une bonne relation contractuelle, l’Association des Amputés de guerre a formulé une série de recommandations exhaustives, notamment des modifications à la terminologie de certains éléments du contrat qui démontraient un manque de compréhension des soins prothétiques, de la profession en soi et de l’industrie de la prothétique. Nos premières propositions critiquaient la norme fondamentale appliquée dans le contrat qui misait sur une disposition relative à la prothèse « la moins coûteuse », ce qui, à notre avis, serait incompatible avec la réalisation du mandat de WorkSafe BC, qui consiste à garantir la réadaptation et le retour au travail des travailleurs blessés amputés. Nous avons également fait une proposition sur l’inclusion de « recommandations générales ». Dans un tel contexte, nous avons la ferme conviction que des prothésistes certifiés doivent procéder à un examen clinique des options en matière de prothétique qui s’offrent à chaque travailleur blessé amputé, et ce, afin de s’assurer de lui recommander le membre artificiel lui convenant le mieux sur le plan médical. Après avoir mûrement réfléchi à la question, nous sommes d’avis qu’il n’est pas possible de formuler une recommandation « générale » ou uniformisée qui convienne à toutes les personnes amputées. Si une telle disposition « générale » était inscrite au contrat, le prothésiste ne pourrait pas recueillir les renseignements essentiels nécessaires à la formulation d’une recommandation étayée et adaptée à chaque travailleur amputé en ce qui a trait à ses besoins en termes de prothétique.

Malgré une certaine résistance au départ, POABC et WorkSafe BC ont tous deux accepté de collaborer et ont finalement apporté, dans une large mesure, les modifications en question; en effet, la plupart des recommandations de l’Association des Amputés de guerre ont été intégrées au nouveau contrat, qui est désormais en vigueur en Colombie-Britannique.

En cherchant à étendre davantage notre engagement et à représenter tous les Canadiens amputés, lorsque nous avons formulé ces recommandations, notre objectif était principalement éducatif. Nous voulions faire ressortir les besoins uniques des personnes amputées. Besoins que nous avons relevés grâce à l’expérience de travail que nous cumulons dans ce domaine très spécialisé depuis 100 ans. Notre Programme Équité pour les personnes amputées, qui a été mis en place pour protéger les droits des Canadiens amputés, a permis de constater que les organismes de réglementation créent et respectent souvent des politiques qui ne tiennent pas compte de la réalité des personnes amputées. Ainsi, ces dernières n’ont pas accès à des membres artificiels ni à des traitements précis qui sont prescrits par un professionnel de la santé. Nous sommes convaincus que bon nombre de Canadiens seraient bouleversés d’apprendre que des personnes qui doivent composer avec la perte d’un membre n’obtiennent pas une couverture adéquate de la part de leur régime de soins de santé ou d’assurance provincial et que le point de vue des personnes amputées n’est parfois même pas pris en compte dans les débats sur le sujet.

Dans la croisade que nous avons menée en faveur d’une réforme, nous avons découvert que les organismes provinciaux, les ministères et les compagnies d’assurance ne comprennent pas bien que l’amputation constitue une invalidité totale. Par l’entremise du Programme Équité pour les personnes amputées, nous ciblons les lacunes qui existent dans les services de soutien offerts aux personnes amputées et tentons de faire apporter des changements dans certains contextes, par exemple, la couverture insuffisante dans le cas de l’achat de prothèses, les enjeux relatifs à l’assurance et aux questions juridiques, les droits de la personne et les prestations gouvernementales, et ce, afin d’améliorer la vie de ces personnes. De plus, nous abordons et tentons de surmonter les obstacles bureaucratiques et les malentendus auxquels sont souvent confrontées les personnes amputées dans la société canadienne.

Le fait d’avoir pu travailler de concert avec POABC et WorkSafe BC de même que l’adoption de plusieurs de nos recommandations constituent un important pas dans la bonne direction. Malheureusement, certaines de nos préoccupations n’ont pas été prises en compte. Il sera donc très important que nous continuions à suivre de près la mise en application de ce contrat afin d’assurer la protection des intérêts de chaque travailleur amputé en Colombie-Britannique. Nous sommes convaincus qu’il est inacceptable qu’un travailleur qui a subi une amputation dans un accident de travail n’obtienne pas de la part de sa province un soutien optimal et les outils nécessaires pour reprendre une vie épanouie et productive.

Source :

Marie-Ève Julien
Gestionnaire, Division des communications
514 398-0494 (Montréal) 1 800 265-0494
comm@amputesdeguerre.ca