Médias

L’Association des Amputés de guerre s’est engagée à améliorer la qualité de vie des Canadiens amputés.

L’Association des Amputés de guerre questionne « le silence » entourant les propositions de compressions budgétaires concernant ACC

Le 22 février 2012 - L’Association des Amputés de guerre, à titre de membre fondateur du Conseil national des associations d’anciens combattants, a écrit à l’honorable Steven Blaney, ministre d’Anciens combattants Canada (ACC), au sujet de ce qu’elle appelle le « silence » qui s’est développé autour de l’intention du gouvernement d’imposer d'importantes compressions budgétaires à ACC.

Dans la lettre, Brian Forbes, président du comité exécutif des Amputés de guerre, a avisé le ministre que ce silence prolongé ainsi que l’absence de consultations constructives avec la communauté des anciens combattants ont plongé les vétérans canadiens et les personnes à leur charge dans un état d'angoisse préoccupant.

« Il est évident que ces compressions sont beaucoup plus qu’une simple réponse à la diminution du nombre d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée. Manifestement, les suppressions de postes prévues dans le cadre de l’examen stratégique et opérationnel d’ACC, combinées à une réduction budgétaire possible de 5 à 10 % découlant du plan de réduction du déficit du gouvernement, pourraient avoir une incidence considérable non seulement sur la prestation des services gouvernementaux mais aussi sur la substance des programmes eux-mêmes », a-t-il déclaré.

M. Forbes a précédemment obtenu l’assurance du ministre qu’il n’y aurait aucune réduction des avantages sociaux des anciens combattants. Toutefois, il a fait part de ses préoccupations concernant l’absence de prise de position officielle du gouvernement relativement à l’exemption de compressions budgétaires pour ACC, comme ce fut le cas dans de nombreux pays alliés, comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie.

« Si la capacité budgétaire d’ACC devait être réduite, nous sommes convaincus que le Ministère ne sera plus en mesure de financer les améliorations législatives essentielles pour lui permettre de respecter ses engagements permanents envers l’ensemble des anciens combattants », a indiqué M. Forbes.

La lettre souligne qu'en ce qui a trait aux anciens combattants traditionnels, certaines questions très importantes ne sont toujours pas résolues, notamment au sujet des lacunes dans le Programme de soins de longue durée d’ACC, des inéquités dans le Règlement sur les sépultures des anciens combattants et le Fonds du Souvenir ainsi que des anomalies dans le Programme pour l’autonomie des anciens combattants pour les veuves.

« À cet égard, il est tout à fait inconcevable que le gouvernement n'ait pas réussi à prendre de mesures concrètes en ce qui a trait aux recommandations énoncées dans le rapport de 2006 du Conseil consultatif de gérontologie intitulé Parole d’honneur, lequel remédiait efficacement aux faiblesses du Programme de santé et de soins de longue durée d'ACC », a déclaré M. Forbes.

« Pour ce qui est des vétérans de l’ère moderne, la Nouvelle Charte des anciens combattants, que les associations de vétérans considèrent comme un "document évolutif", fait actuellement figure d’ouvrage inachevé », a-t-il ajouté.

À la fin de la lettre, M. Forbes s’est dit particulièrement préoccupé par une certaine inertie au sein d’Anciens combattants Canada depuis le dépôt et la ratification du projet de loi C-55 :

« Comme vous le savez, ces modifications législatives ont tout d’abord été annoncées par votre prédécesseur en 2010, et représentent une petite partie des recommandations faites par le Groupe consultatif sur la Nouvelle Charte des anciens combattants telles qu’elles ont été appuyées et approuvées par le Comité permanent des anciens combattants à l’automne 2009. Nous croyons sincèrement que la priorité absolue concernant la Nouvelle Charte des anciens combattants devrait donc être la mise en œuvre intégrale de ces recommandations, lesquelles sont essentielles pour combler les lacunes et les faiblesses repérées dans la charte. »

« Compte tenu de ces problèmes importants, le moment est manifestement mal choisi pour envisager la moindre diminution du budget ou des ressources d’ACC », a conclu M. Forbes. « Selon nous, toute évaluation du plan de réduction du déficit fédéral devrait tenir compte de tout ce que les Canadiens doivent aux anciens combattants traditionnels et de l’ère moderne ainsi que de leur responsabilité financière envers eux. »

- 30 -

Source

Daniel H. Lanteigne
Gestionnaire, Division des communications
514 398-0494 ou 1 800 265-0494
comm@amputesdeguerre.ca