Facebook Twitter Youtube Instagram

Médias

L’Association des Amputés de guerre s’est engagée à améliorer la qualité de vie des Canadiens amputés.

L’Association des Amputés de guerre reconnaît l’importance des excuses enfin présentées par le Japon aux anciens combattants du Canada à Hong Kong

Le 8 décembre 2011 - L’Association des Amputés de guerre du Canada, qui a épaulé les anciens combattants du Canada à Hong Kong dans leur demande de réparation et de reconnaissance, est satisfaite des excuses longuement attendues qui ont été présentées par le Japon à ces anciens combattants, jeudi à Tokyo.

Ces excuses ont été acceptées par les anciens combattants du Canada à Hong Kong au nom de tous les militaires canadiens qui ont été faits prisonniers de guerre en Extrême-Orient lors de la Seconde Guerre mondiale. Des représentants du groupe étaient au Japon dans le cadre d’une visite commémorative soulignant le 70e anniversaire de la bataille de Hong Kong.

Pendant nombre d’années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les anciens combattants de Hong Kong, de concert avec l’Association des Amputés de guerre, avaient réclamé aux Japonais une compensation financière et des excuses appropriées pour les abus et les violations des droits de l’homme infligés par les Japonais aux prisonniers de guerre canadiens. En 1998, le gouvernement canadien a annoncé une indemnisation de 24 000 $ pour chaque ancien combattant de Hong Kong toujours en vie ou pour sa veuve, mais les excuses se faisaient toujours attendre.

« Malheureusement, le temps pressait dans ce cas, car il n’y a que 59 anciens prisonniers de guerre encore vivants, et le plus jeune a 89 ans », a expliqué Brian Forbes, conseiller juridique de l’Association des Amputés de guerre. « Il était essentiel que ces excuses soient présentées avant qu’il ne reste plus personne pour les recevoir ».

Depuis deux ans, le Japon a présenté des excuses à d’autres pays, notamment aux anciens prisonniers de guerre des États-Unis et du Royaume-Uni, dans le cadre de visites faites récemment au Japon. Depuis la guerre, le Japon a présenté diverses formes de contrition, dont la nature générale visait cependant davantage à bonifier les relations politiques qu’à avouer ouvertement les mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre.

M. Forbes a noté que dans ce qui s’est révélé « de graves infractions » à la Convention de Genève, les prisonniers de guerre se sont vu imposer un régime de famine, les fournitures médicales leur ont été refusées, et tous les prisonniers ont été soumis à des travaux forcés pour pouvoir recevoir des rations alimentaires quotidiennes, selon une politique « pas de travail, pas de nourriture ».

« Beaucoup de prisonniers de guerre sont morts dans les camps japonais et la majorité des survivants ont été atteints de graves incapacités, lesquelles ont eu une incidence sur toute leur vie. Notre initiative conjointe a débouché sur une décision rendue par la Commission des droits de l’homme des Nations Unies en 1987, qui citait les Japonais pour violations systémiques des droits de l’homme et mauvais traitements », a-t-il ajouté.

Les excuses ont également reçu le plein appui de toute la communauté des anciens combattants du Canada, par la voix du Conseil national des associations d’anciens combattants (représentant 58 organisations membres), qui a accordé une grande importance à cette initiative.

Dans un documentaire primé sur la scène internationale, intitulé LES ANCIENS COMBATTANTS DU CANADA À HONG KONG : La question de l’indemnisation, l’Association des Amputés de guerre a raconté l’histoire des anciens combattants de Hong Kong et de leur lutte pour obtenir une indemnisation.

- 30 -

Lien

Source

Daniel H. Lanteigne
Gestionnaire, Division des communications
514 398-0494 ou 1 800 265-0494
comm@amputesdeguerre.ca